Analyse de la qualité de l'air La bioestimation/bioaccumulation

Mieux qu'un long discours ...  Evinerude est reconnu pour ses travaux en matière d'analyse qualité de l'air, en témoignent ses quelques reportages réalisés notamment dans le cadre de trophées soutien aux actions innovantes:

           

           Soutien INNOV'R                           2éme Prix Trophées                            Trophée CCI NI 

     Région Rhône-Alpes 2013                  CA d'Or (Cat. QSE) 2007                      (Cat. QSE) 2007

Méthodes économiques et fiables couramment utilisées par les agences de surveillance de la qualité de l'air. Recommandées par les DREAL  dans le cadre des plans de surveillance de la qualité de l'air, elles ont l'avantage d'utiliser des espèces présentes sur le site donc pas d'investissement matériel, et de permettre un suivi dans le temps très simple et peu couteux avec des prélèvements tous les deux ou trois ans. Nous réalisons l'analyse et la modélisation de la qualité de l'air par bioindication: du choix des sites de prélèvement au choix du bio-indicateur à utiliser jusqu'aux prélèvements et analyses laboratoire en passant par une cartographie et un suivi cartographique des résultats.

Vos Objectifs                                                

1) Evaluer la qualité de l’air sur votre site et en périphérie.
2) Déterminer les rejets en COV, HAP, dioxines-furanes, métaux lourds, ozone etc ...  autour de vos installations.

Les avantages de la bioindication               

- Etude à partir de cellules vivantes présentes naturellement sur le site : excellente représentativité des réactions du monde vivant.
- Pas de matériel onéreux à emmener sur le terrain : analyse à coûts réduits.
- Des techniques très fiables recommandées par les DREAL.

Publics concernés                                        

Communes, Communauté de communes ou d’agglomération, Syndicats mixtes d'usine de traitement des ordures ménagères, Agence de surveillance de la qualité de l’air. Tous les établissements privés ou publics soumis à la réglementation en matière d’émissions aériennes polluantes.


Méthodologies                                             

Beaucoup d’organismes sont de très bons bio-indicateurs : tabac, mousses, lichens : le choix du bio-indicateur est très important.

Exemple avec le lichen (association d’un champignon et d’une algue) : Il se nourrit des éléments que lui apporte l'atmosphère, récupérant au passage des éléments toxiques. Cela fait de lui une sentinelle pour la qualité de l’air : il est un des premiers êtres vivants à être confronté aux problèmes de pollution atmosphérique.


3 grands types de protocoles selon la précision et le but final de l’étude...

La Bio-estimation lichénique pour un suivi à long terme de la qualité de l’air : (suivi tous les 2 à 5 ans)


Observation de la biodiversité : « plus il y a d'espèces de lichens, plus la qualité de l’air est bonne ».
Plusieurs protocoles existent dont la norme AFNOR (juin 2008), chacun est basé sur des principes similaires. Le protocole est choisi en fonction du site, des polluants rejetés et de la précision demandée.
Tous suivent les mêmes étapes :

  • Cartographie du maillage du site = quadrillage du site. Chaque carré = une maille.
  • Relevés de terrains : pour chaque maille plusieurs inventaires exhaustifs réalisés.
  • Calculs statistiques : un indice de pollution atmosphérique/de qualité de l’air par maille
  • cCartographie de la qualité de l’air illustrant les résultats de l’analyse.
  • Interprétation : superposition des indices et des sources d’émissions polluantes
(image) EvinerudeCompetence_bioestimation3.jpg
(image) EvinerudeCompetence_bioestimation1.jpg
(image) EvinerudeCompetence_bioestimation2.jpg

La Bio-accumulation pour une mesure immédiate de polluants (Suivis annuels ou bisannuels des taux en molécules polluantes)

Dosage des polluants directement sur des végétaux appropriés résistants aux pollutions. Dans la plupart de nos études nous utilisons le lichens mais tabac, raygras ou bien mousses sont également utilisables.

Exemple de protocole sur le dosage par les lichens, le protocole est identique pour n'importe quel polluant :

  • Prélèvements sur le terrain d’une espèce choisie au préalable (souvent Xanthoria parietina) et conditionnement réfrigéré,
  • Nettoyage des échantillons en laboratoire, 
  • Dosage des polluants par un laboratoire sous-traitant.
 (image) EvinerudeCompetence_bioaccumulationXanthoria.jpg

 (image) EvinerudeCompetence_bioaccumulationlabo.jpg

(image) EvinerudeCompetence_bioaccumulationschema.jpg

L'analyse des dépositions élémentaires - suivi des retombées en particules fines

Etude des retombées particulaires sur sun site : analyser, différencier les particules microspcopiques dans leur origine (géogénique ou industrielle), dans leur composition (chimique), dans leur origine (détection d'une signature permettant d'établir l'émetteur).Valeur ajoutée à cette méthode totalement innovante : détermination des sources émissives et des impacts sur le vivant (tailles et composition des particules).

Exemple de protocole :

  • Récupération des poussières sur une surface lisse et plane (dispositif développé par Evinerude),

  • Séparation des portions magnétiques et non-magnétiques,

  • Analyse des différentes fractions au Microscope Electronique à Balayage couplé à une spectrométrie à Rayons X (MEB-EDX),

  • Détermination des tailles moyennes, compositions et origines des poussières.

 

 

(image) MEB_EDX.png

 

(image) MEB_EDX2.png

 
Voir nos références en analyse de qualité de l'air par bioindication